Sélection ouverte de langueOpen language selection Français Menu Rechercher
Donner
Lien potentiel existant entre un mode de vie physiquement inactif et les symptômes d'asthme liés à la pollution

Lien potentiel existant entre un mode de vie physiquement inactif et les symptômes d'asthme liés à la pollution

Les scientifiques aux États-Unis ont constaté que mener une vie physiquement inactive pourrait accroître le risque de symptômes d'asthme liés à la pollution.

La recherche, publiée dans l'American Journal of Physiology (Lung Cellular and Molecular Physiology), avait pour but de vérifier si le niveau d'activité physique d’une personne pourrait avoir un effet sur le risque d’apparition de symptômes d'asthme lors de l'exposition à la pollution de l’air.

Les chercheurs ont étudié pendant 7 semaines deux groupes de rats différents : un groupe « actif », qui avait accès à une roue d'exercice, et un groupe « inactif », qui n'y avait pas accès. Après cette période, les deux groupes de rats ont été exposés à de l'air pur ou à trois niveaux d'ozone différents pendant un total de 10 heures réparties sur deux jours.

La respiration des rats a ensuite été mesurée et les scientifiques ont analysé les cellules provenant des fluides pulmonaires pour voir si il y avait une différence entre les rats qui étaient actifs et ceux qui étaient inactifs.

Les scientifiques ont constaté que, après avoir été exposés à l'ozone, les deux groupes de rats ont présenté une inflammation des poumons, un symptôme de l'asthme. Cependant, l’inflammation était beaucoup plus importante dans le groupe de rats inactifs. L'exposition à l'ozone a eu une incidence sur le taux de respiration des deux groupes d'animaux, les animaux actifs utilisant 71 % moins leur roue d’exercice que ceux exposés à l'air normal.

L'ozone troposphérique est un type de pollution créé par des réactions chimiques entre les rayons du soleil et les gaz organiques et oxydes d'azote émis par les voitures, les centrales électriques, les chaudières industrielles, les raffineries, les usines chimiques et autres sources.

Les chercheurs soutiennent que ces résultats pourraient également être similaires chez les humains, mais une recherche plus poussée est nécessaire.

Lire l’article original.

Lire le résumé de l’article de cette revue.

Télécharger la fiche d’information « Exercice physique et qualité de l'air : les 10 meilleurs conseils ».