Sélection ouverte de langueOpen language selection Français Menu Rechercher
Donner
Des chercheurs étudient le risque de développement d'une BPCO chez les femmes asthmatiques

Des chercheurs étudient le risque de développement d'une BPCO chez les femmes asthmatiques

Des chercheurs canadiens ont découvert que plus de 40 % des femmes asthmatiques sont susceptibles de développer une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO).

Les scientifiques ont étudié les dossiers médicaux de 4 051 femmes asthmatiques vivant en Ontario, au Canada. Ils ont découvert que 1 701 (42 %) de ces femmes ont par la suite développé une BPCO.

Une personne présentant à la fois les symptômes de l’asthme et ceux de la BPCO souffre d'une maladie communément appelée « syndrome de chevauchement asthme-BPCO », ou ACOS. Les personnes atteintes d’ACOS sont plus susceptibles de subir des flambées des symptômes de leur maladie nécessitant leur hospitalisation et ont tendance à se sentir plus malades que les personnes souffrant simplement d’asthme ou de BPCO.

Les chercheurs souhaitaient mieux comprendre les raisons pour lesquelles certaines femmes asthmatiques avaient développé un ACOS et d’autres non. À l'aide des dossiers médicaux des patientes, ils ont comparé un certain nombre de facteurs de risque liés au mode de vie et à l’environnement de ces femmes afin d'établir si des tendances pouvaient être dégagées.

Ils ont découvert que les grandes fumeuses avaient un risque plus important de développer un ACOS - sachant toutefois que 38 % des femmes qui avaient développé un ACOS n’avaient jamais fumé. Le risque de développer un ACOS augmente également en fonction de facteurs tels que l’obésité, la vie en zone rurale, le faible niveau d’instruction et le chômage.

Les chercheurs recommandent donc d'offrir une assistance aux personnes asthmatiques afin de les aider à mener une vie aussi saine que possible (aide pour arrêter de fumer, pour adopter une alimentation équilibrée et pour pratiquer régulièrement une activité sportive).

L’étude a été financée par l’Ontario Thoracic Society et a été publiée dans la revue Annals of the American Thoracic Society.

Lire le communiqué de presse.

Lire l’article scientifique.