Sélection ouverte de langueOpen language selection Français Menu Rechercher
Donner

La pollution atmosphérique

La pollution atmosphérique

Le terme « pollution atmosphérique » désigne les particules nocives en suspension dans l'air, ou les gaz dans l'atmosphère, qui peuvent être respirés. Il s'agit d'un mélange comprenant des particules, de l'ozone, des oxydes d'azote, des composants organiques volatils et du monoxyde de carbone. Le mélange est différent selon le lieu, la saison et les sources de pollution dans une région.

  • Qu'est-ce que c'est ?

    La pollution atmosphérique provient de:

    • L'activité humaine, y compris la combustion des carburants dans les voitures, les camions et les avions, l'activité industrielle, les centrales électriques, le chauffage domestique et les systèmes de cuisson
    • Les processus naturels, comme les éruptions volcaniques, les tempêtes de poussière dans les déserts
  • Les effets nocifs

    La pollution atmosphérique a des effets négatifs sur la santé humaine et l'exposition à celle-ci peut affecter 100 % de la population, des bébés à naître aux personnes très âgées. Les poumons sont les premiers points d'entrée de la pollution atmosphérique dans le corps et sont donc les premiers organes touchés. On pense que les lésions pulmonaires sont causées par le stress oxydatif et l'inflammation. La pollution a également de graves effets sur le cœur et le système circulatoire et augmente le risque de crises cardiaques.  

    La pollution atmosphérique touche tout le monde de diverses façons. Tous les facteurs tels que l'état de santé, l'âge, la capacité pulmonaire, le mode de vie et la durée d'exposition à l'air pollué peuvent avoir une influence sur la façon dont les polluants affectent l'état de santé des individus.

    Il existe de nombreux agents polluants différents dans l'air. Les interactions entre ces agents polluants et les différents niveaux de pollution peuvent produire une série d'effets sur la santé, à court terme (en l'espace d'heures et de jours) et à long terme (après un certain nombre d'années). Il n'existe aucun agent polluant qui serait à lui seul responsable de tous les effets nocifs. Les conséquences sont dues à l'ensemble du mélange.

    Les matières particulaires sont classées en fonction de leur taille. Par exemple, PM10 désigne des matières particulaires dont la taille  peut aller jusqu'à 10 micromètres.

    Les niveaux de pollution de l'air sont souvent mesurés par la masse volumique de l'air. La mesure utilisée est le nombre de microgrammes de pollution par mètre cube. Le symbole est : μg/m3

    Les problèmes à court terme 

    On sait que la pollution peut être la cause de crises cardiaques chez les individus souffrant de maladies cardiovasculaires et d'exacerber les symptômes chez les individus souffrant déjà d'affections pulmonaires telles que l'asthme et la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO). 

    Des études ont démontré une augmentation de la respiration sifflante, de la toux et de crises d'essoufflement avec une réduction de la fonction pulmonaire et un besoin de traitement lorsque les taux de pollution sont augmentés. 

    La recherche a démontré une augmentation des consultations médicales, des visites au service des urgences à l'hôpital et des hospitalisations liées à l'asthme et à des affections cardiaques, telles que les crises cardiaques, les jours où les taux de pollution sont élevés. Les registres de santé signalent également plus de cas de décès dus à ces problèmes, les jours où les niveaux de pollution sont élevés. 

    Problèmes à long terme 

    L'exposition à vie à la pollution atmosphérique peut avoir toute une série d'effets chez les adultes et les enfants, conduisant à des problèmes à long terme, tels que l'asthme, la bronchite chronique et les maladies cardiaques. On a démontré que la pollution diminue l'espérance de vie en raison des morts précoces associées aux maladies cardiovasculaires et respiratoires et au cancer du poumon. 

    Les enfants sont généralement plus actifs, ils participent à des activités en plein air plus que les adultes, et respirent plus rapidement, même avec le même niveau d'activité. En conséquence, ils inhalent plus de pollution. En outre, leur système immunitaire n'est pas entièrement développé et leurs poumons sont encore en croissance. On a démontré que la pollution atmosphérique peut nuire à la croissance des poumons chez les enfants, ce qui aura des effets pour le reste de leur vie. 

    Les effets à long terme chez les enfants et les adultes :

    Enfants

    • Toux
    • Bronchite aiguë
    • Volumes pulmonaires plus petits
    • Asthme

    Adultes

    • Toux
    • Phlegme
    • Respiration sifflante
    • Perte accélérée de la fonction pulmonaire
    • Cancer du poumon

     Adapté de Hazenkamp-von Arx et al., 2011.

  • Poids de la maladie

    Une grande partie de la population européenne vit dans des zones où la qualité de l'air extérieur est malsaine. Par conséquent, les individus ne peuvent pas éviter l'exposition à la pollution et ses effets nocifs. Pour certains agents polluants dans certaines zones, la situation ne s'améliore ni se détériore. 

    Un certain nombre d'études ont montré que la réduction de la pollution de l'air pourrait diminuer le coût de ces maladies et accroître l'espérance de vie. 

    La recherche a démontré que:

    • Les décès dus à la maladie ont augmenté de 0,6 % pour chaque augmentation de 10 μg.m3 de la concentration quotidienne de PM10
    • Les urgences et les hospitalisations pour cause d'asthme ont augmenté de 1% pour chaque augmentation de 10 μg.m3 de la concentration quotidienne de PM10
    • Les cas de cancer du poumon ont augmenté de 8 % pour chaque augmentation de 10 μg.m3 de l'exposition à long terme au PM
    • Les cas de cancer du poumon ont augmenté de 3,7 % pour chaque augmentation de 10 μg.m3 de l'exposition à long terme aux NOx
  • Besoins actuels et futurs

    • Une action de santé publique est nécessaire afin d'apporter des améliorations durables dans la qualité de l'air en Europe. 
    • Les concentrations quotidiennes d'ozone et de matières particulaires dans la plupart de l'Europe dépassent encore les valeurs cibles de l'UE. Les normes actuelles sur la qualité de l'air mettent l'accent sur la réduction du nombre de jours où les pics de concentration sont élevés. Les politiques qui se traduisent par des réductions durables des concentrations d'ozone et de matières particulaires conduisent à des bénéfices plus importants pour la santé publique par rapport aux politiques d'urgence visant à prévenir quelques pics extrêmes. 
    • L'Union européenne a désigné l'année 2013 comme l'Année de l'air. Les principales lois européennes sur la pollution de l'air seront réévaluées et cela présente une opportunité pour améliorer la santé publique en renforçant les normes de qualité de l'air.